Sélectionner une page

Les ECN 2019 (Épreuves Classantes Nationales) ont démontré une forte hausse de choix de la médecine générale parmi les 1 000 premiers admis au concours. La médecine générale fait dorénavant partie du Top 5, juste devant la dermatologie, l’oncologie et la neurologie.
Pour Jean-Jacques Demri, c’est une bonne nouvelle pour cette spécialité qui souffre d’un manque de renouvellement. Ce retour de résultats des ECN laisse présager une hausse de praticiens, et donc peut-être une hausse d’activité dans les déserts médicaux.

Pourquoi ce choix de la médecine générale ?

Ce choix de spécialité n’est pas anodin. En effet, le médecin généraliste est un véritable pivot entre le client et les autres spécialistes, et il est également amené à traiter une multitude de patients, souffrants d’une multitude de pathologies. On peut donc affirmer que le médecin généraliste ne se restreint à aucune spécialité, et ne met donc de côté aucun savoir.
Pour Jean-Jacques Demri, la médecine générale est la spécialité la plus humaine et la plus proche de la notion de soin. Un médecin de campagne traite et suit assez souvent plusieurs membres de la même famille, et entretient un lien de confiance de longue durée avec son patient, souvent au travers de son statut de médecin traitant.

Peut-on espérer une hausse de ces chiffres pour les années à venir ?

C’est en tout cas ce que les statistiques des ECN laissent présager, puisque la médecine générale n’a pas fait partie des 10 spécialités préférées des 100 premiers candidats en concours, que ce soit en 2017 ou en 2018.