Sélectionner une page

Si vous voulez obtenir un diagnostic le plus complet possible à propos du trouble pour lequel vous allez consulter, vous devez déjà vous poser plusieurs questions, afin d’optimiser le temps passé devant votre généraliste. Sans oublier que nous n’avons pas le même rapport avec un nouveau médecin généraliste qu’avec un médecin traitant qui nous suit depuis plusieurs années. Ces conseils de Jean-Jacques Demri vous permettront de mieux gérer votre suivi médical.

 

Connaître ses antécédents : un premier pas vers le diagnostic

Une bonne connaissance de ses antécédents (allergies, maladies et syndromes héréditaires permet un diagnostic plus précis et facilite le travail du médecin. Lui donner le maximum d’informations sur vous lui permet d’évaluer votre état de santé et de mettre en place avec vous des traitements adéquats.

Enfin, connaître vos antécédents permettra, si besoin, de vous rediriger vers d’autres médecins spécialistes, qui seront plus à même de traiter vos pathologies dans certains cas.

 

Faire un point sur les traitements déjà effectués, pour assurer un meilleur suivi

Certains traitements ne sont pas compatibles entre eux, et une mauvaise combinaison peut causer d’autres troubles indésirables. Pour vous donner un traitement le plus efficace possible (et avec le moins d’effets secondaires possibles) le médecin généraliste doit donc être au courant de vos traitements médicamenteux passés et présents. Mettez également au courant votre médecin si vous êtes adeptes de l’automédication.

Enfin, n’hésitez pas à informer votre médecin de votre contexte personnel (vie familiale, professionnelle et événements marquants en cours), car ces éléments lui permettront de mieux comprendre votre pathologie, car le stress joue souvent un rôle prépondérant dans la régulation de l’organisme.